Imprimer la page

L'élevage sur paille

Travailler dans un élevage de porc industriel est très difficile : les conditions de travail sont dures, les relations avec l’animal quasiment inexistantes. Tous les témoignages d’éleveurs qui élèvent «autrement» leurs animaux convergent : dans les élevages sur paille ou en plein air, le travail est plus agréable, valorisant, et favorise un meilleur contact avec les animaux. Aucun d’entre eux n’envisage d’élever leurs porcs de manière intensive ! 

truies sur pailleLes différents bâtiments sur paille

Les bâtiments sur paille ont en commun une grande ouverture sur l'extérieur : au moins une des façades est ouverte, souvent deux. En comparaison avec les bâtiments sur caillebotis, la densité d’animaux en bâtiment sur paille est fortement réduite : en moyenne, chaque cochon a deux fois plus d’espace. 

La litière de paille permet aux porcs d'exprimer leur comportement instinctif de « curieux-fouisseurs » et ainsi de réduire très fortement les problèmes de sur-agressivité rencontrés en élevage sur caillebotis. L'activité du porc prévient les problèmes d'aplombs (surtout chez la truie) et améliore la qualité gustative de la viande. Le porc sépare spontanément ses différents espaces de vie et défèque dans les zones les moins confortables (zones exposées aux courants d'air ou en contrebas).

La litière de paille est disposée dans une fosse en béton et peut être gérée de deux façons : 

  • les litières accumulées constituent un fumier qui n'est retiré qu'après le départ des porcs ;
  • le système raclé donne un fumier « froid » ; la paille est évacuée 1 à 2 fois par semaine.

Il existe une grande expérience des systèmes d'élevage sur paille, ce qui le rend adaptable à beaucoup de situations et de bâtiments. 

Par exemple, la paille accumulée peut être disposée en deux zones : une niche paillée et un quai d'alimentation non paillé surélevé de 50cm. Une case avec paille raclée peut, quant à elle, être séparée en 3 zones : une zone de confort paillée, une zone d'alimentation sur quai et une zone de déjection en contrebas de 20cm. 

Ces systèmes peuvent être aussi bien utilisés pour les porcs à l'engraissement que pour les truies en gestation.

Les autres litières

Il s'agit de mettre ces porcs sur une litière recouvrant toute la surface ou seulement la zone de repos. La litière peut être à base de sciure, de tourbe ou d'autre matériaux.

Les litières peuvent être en couche profonde ou fine (comme pour la paille). Dans le cas d'une couche profonde, la litière doit être remuée mécaniquement pendant l'engraissement. Disposée en  couche fine, ce sont les porcs qui remuent eux-mêmes la litière !  

Pour le cochon, le confort et les avantages sont similaires à la litière de paille.

maternité sur pailleLa maternité sur paille

La truie doit être libre de ses mouvements, mais séparée des autres mères et avec une lampe chauffante pour les petits et de la paille pour tous. 

Il existe des cases de maternité où les truies peuvent mettre-bas tout en étant libres de leurs mouvements. C'est le cas pour les cases de Thierry Schweitzer par exemple.


Navigation